Contre EuropaCity trois fédérations de commerçants rejoignent la contestation

Europacity

La contestation s’intensifie avec le ralliement des fédérations de commerçants au collectif « Europas du tout »

Dans le combat qui oppose les commerçants et les salariés du commerce à la construction du complexe EuropaCity, le mouvement de contestation prend de l’ampleur.

Suite à la décision de l’Etat de faire appel du jugement annulant la ZAC du triangle de Gonesse, le collectif « Europas du tout » a appelé à amplifier la mobilisation car cette action est en contradiction totale avec la volonté du gouvernement – concrétisée par le plan « Action cœur de ville » du ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard – de redynamiser les centres villes et leurs commerces.

 Cet appel à la mobilisation générale a été entendu avec le ralliement des trois plus grandes fédérations de commerçants de centre-ville : la Confédération des Commerçants de France, la Fédération Nationale des Marchés de France et la Fédération Nationale des Commerces des Centres Villes.    

 Désormais le collectif, c’est plus de 20 associations, fédérations et 1 000 commerçants mobilisés contre le projet de méga centre commercial EuropaCity.

 

La Confédération des Commerçants de France regroupe 14 organisations professionnelles nationales, régionales ou groupements de commerçants indépendants représentant plus de 100 000 entreprises du commerce de détail alimentaire et non alimentaire sur l’ensemble du territoire, principalement des PME-TPE.

Francis PALOMBI, son Président :

« Europacity est un projet disproportionné qui va venir déséquilibrer encore d’avantage un tissu commercial local déjà fragile, à l’heure de la revitalisation des centres villes ».

 

La Fédération Nationale des Centres Villes (FNCV), plus communément connue sous le label « les Vitrines de France » est la première association de France à rassembler associations de commerçants, mairies, Chambres de Commerces et d’Industrie et Communautés de Communes et à mener une action tous azimuts en faveur de la conservation du commerce en centre-ville (530 villes adhérentes de toutes tailles).

Jean-Pierre Lehmann, son Président :

« Nous sommes aujourd’hui dans une situation où l’offre est complètement démentielle par rapport à la demande. Les consommateurs sont sollicités de partout, en conséquence, les centres villes et les périphéries elles-mêmes sont en situation très difficile et connaissent des difficultés. Le projet EuropaCity est donc, dans ces conditions, totalement irréaliste. Il va déséquilibrer, encore plus, si besoin était, la situation à la fois des centres commerciaux voisins, mais aussi bien sûr mettre en difficulté toutes les villes voisines qui souffrent déjà fortement. Il mettra même en péril des villes dans un rayon de 200 ou 300 km puisque ce projet tel qu’il est conçu attirera des familles qui viendront éventuellement y passer le week-end et donc consommer en dehors de leur ville d’origine. C’est la raison pour laquelle nous sommes totalement hostile à ce projet ».

 

La Fédération nationale des marchés de France (F.N.S.C.M.F.), forte de 20 000 adhérents et d’un maillage de 150 syndicats et organisations professionnelles répartis sur l’ensemble du territoire national, est la principale organisation de défense professionnelle du commerce ambulant.

Monique Rubin, sa Présidente :

« La Fédération Nationale des Marchés de France réaffirme sa totale opposition à la création d’Europacity. L’installation d’une telle structure ne peut qu’entrainer la destruction des entreprises de proximité qui exercent sur les marchés des départements limitrophes, qu’ils soient commerçants, artisans, producteurs ou salariés ».

 

 EuropaCity : un projet mortifère pour l’économie du territoire

Le projet EuropaCity constitue une menace réelle pour l’avenir du territoire sur les plans sociaux et économiques. L’arrivée de ce méga centre commercial est un ajout inutile de 230 000 m2 de nouveaux commerces sur un espace où le maillage commercial est déjà très dense.  Une étude indépendante menée en 2016 par les collectivités de « Paris terre d’envol » souligne que le projet capterait jusqu’à 75 % du chiffre d’affaires réalisé par le commerce existant. Au total c’est près de 1,1 milliard d’euros du chiffre d’affaires réalisé aujourd’hui sur cette zone autour du triangle de Gonesse qui serait capté par Europacity, au préjudice de nos activités, de nos emplois, de nos familles … Et conséquence de cette vampirisation : la destruction d’au moins 8 000 emplois, la faillite personnelle de nombreux commerçants et la mise au chômage de leurs salariés.

Mais aussi des conséquences pour transport et la circulation des Franciliens avec 15 % de trafic en plus prévu sur l’A1 et l’A3, soit 2 fois plus de bouchons.

 

Pour suivre le collectif :

 

Contact presse :

contact@europacity-europasdutout.com

2018-05-23T15:09:50+00:00 23 mai 2018|Communiqués de presse|