Mobilisation des commerçants à Drancy avec le collectif Europas du tout contre Europacity

Dans le cadre de nos actions de terrain, la radio nationale Sud Radio est venue à la rencontre de notre collectif, Europas du tout, sur le marché de Drancy.

Ce reportage est l’occasion pour  les nombreux commerçants qui nous soutiennent mais aussi pour les habitants d’exprimer leurs inquiétudes et leur colère face au projet EuropaCity.

Ces grandes surfaces qu’on voit partout, ça nous tue complètement ! La vente, la clientèle, l’ouverture le dimanche…« , déplore Martine, employée d’une boucherie chevaline sur le marché de Drancy.

Pour Pascal, marchand de fruits et légumes, la lutte est totalement inégale. « On doit se battre sur les prix, sur les charges, partout ! Alors qu’eux, ils ne se battent nulle part ! C’est des financiers !« , tonne-t-il.

Une situation également regrettée par Guy, qui a toujours vécu à Drancy et qui a vu sa ville se métamorphoser au fil des années. « Avant, il y avait un maroquinier, un cordonnier, des petits métiers qui ont totalement disparu ! Il n’y en a plus à Drancy, il n’y a plus rien !« , se lamente-t-il.

 

La porte parole de notre collectif Europas du tout, Maria Da Silva, elle-même commerçante sur le marché de Drancy dénonce les nombreuses conséquences qu’aura le projet d’Immochan et le chinois Wanda s’il venait à voir le jour :

Chez nous, c’est 8000 emplois en moins. Donc 8000 familles à la rue, et dans notre département le taux de chômage est tellement important qu’on n’en veut vraiment pas ! (…) À chaque fois qu’un centre commercial de cette ampleur s’installe quelque part, des petits commerçants ferment. On n’arrive pas à se battre contre eux !

 

Maria Da Silva rappelle également que ce type de projet va à l’encontre des actions du gouvernement pour re-dynamiser les centres villes :

Il ne faut pas oublier que nous sommes en train de travailler sur les cœurs de centres-villes, avec tous les projets que le gouvernement veut faire : remettre de la vie dans nos centre-villes, avec l’arrivée de différentes enseignes et de nouveaux artisans. Ce projet va tout à fait à l’encontre de ce qu’on attend.

 

Découvrez l’article en intégralité ainsi que le reportage radio en cliquant ici

2018-04-27T15:25:11+00:00 27 avril 2018|Revue de presse|